l

Chapitre 1

Qu’est-ce que l’AT ? Qui est son fondateur ?

Pour vous parler de l’Analyse Transactionnelle, je vais d’abord évoquer avec vous son fondateur Eric BERNE. Qui est-il ? D’où vient-il ? Comment en est-il arrivé à fonder cette théorie ?

Eric BERNE, le fondateur de l’analyse transactionnelle

Eric BERNE était psychiatre. Il naît en 1910 à Montréal. Son père médecin de ville exerce dans un quartier pauvre et juif de Montréal et sa mère est auteur, écrivaine.

C’est là que le jeune Eric passe son enfance. Il s’appelait BERSTEIN et a transformé son nom en Berne plus tard au moment de sa venue aux USA.

Il a 9 ans quand son père décède. Il lui portait une grande admiration et nous retrouverons dans l’AT les valeurs prônées par son père : guérir son client et mettre la démarche de guérison à la portée des patients pour qu’ils puissent comprendre ce qui se joue en eux.

Il décide de poursuivre des études de médecine et s’intéresse plus spécifiquement aux fonctionnements intrapsychiques des individus.

Devenu psychiatre, il se forme à la psychanalyse avec Paul FEDERN et Erick ERICKSON, qui l’ont beaucoup motivé, accompagné et inspiré.

Finalement, il décide d’écrire et de fonder sa propre théorie, au lieu de rentrer dans cette école de psychanalyse.

AT PROVENCE | Eric Berne - Fondateur de l'Analyse Transactionnelle
AT PROVENCE | Eric Berne - Fondateur de l'Analyse Transactionnelle

Quelles spécificités BERNE a-t-il apporté aux psychiatres et à la psychologie ?

Berne partageait beaucoup avec les autres, dont ses confrères : il a mis en place des séminaires réguliers avec d’autres médecins et psychiatres sur l’analyse des situations de certains patients un peu difficiles. Cela se passait sous forme d’échanges de pratique (une forme de co-développement autour de cas cliniques)

BERNE visait la guérison de ses patients, le plus rapidement possible. C’est une de ses valeurs fortes.

Il a mis en place des thérapies de groupe au sein des cliniques et des hôpitaux dans lesquels il travaillait, basées sur le fait que l’être humain est un être groupal. Il considère que notre premier groupe étant la famille, dès que nous devons nous intégrer dans un groupe,  nous pouvons revivre des situations traumatiques, et projeter sur le Leader ou les Membres du groupe des figures familiales.

Ces phénomènes de transfert au sein d’un groupe de thérapie donnent beaucoup d’informations sur ce que vit la personne à l’intérieur d’elle-même. Ces données peuvent expliciter ses difficultés interpersonnelles.

C’est ce « matériel » que BERNE observait et pour inviter à comprendre, il questionnait le participant sur ce qui se passait en lui à ce moment-là :

  • Qu’est ce qui fait que la personne réagit ?
  • A quoi réagit-elle ? Quel lien peut-elle faire avec son histoire ?
  • Quel personnage la personne met à la place du participant ou du leader du groupe ?

Toutes ces informations décryptées, permettent à chacun de mieux comprendre ce qui était au fond de lui-même.

Un langage simple et compréhensible par tous pour favoriser l’autonomie des individus

L’analyse transactionnelle (AT) est ainsi au départ une forme de psychothérapie. Elle devient peu à peu, aussi une théorie de « psychiatrie sociale » (selon les mots de son concepteur) parce qu’elle propose d’étudier le psychisme des personnes, en analysant leurs relations sociales.

Elle tire d’ailleurs son nom du mot « transaction » qui, en anglais, désigne un échange, verbal ou pas. On a souvent qualifié cette approche de « version populaire de la psychanalyse ».

Une visée : développer l’autonomie des individus

L’Analyse Transactionnelle propose l’autonomie comme objectif de bonne santé psychologique. Elle permet également de comprendre comment l’enfant se construit, se développe, fait face aux menaces du monde qui l’entoure en prenant des décisions de survie. Cette théorie permet d’analyser les différents niveaux de communication entre les humains.

Elle est utile pour comprendre comment les individus s’organisent dans les groupes, les entreprises, les associations, les cultures, les états, etc.

Une valeur : la bienveillance ou OKness

Son système de valeurs s’appuie sur les bases du courant humaniste, avec pour postulat que la nature humaine est fondamentalement positive, capable de faire des choix et de les assumer.

Une évolution de sa pratique de la psychothérapie vers l’organisation

Les analystes transactionnels expliquent les dysfonctionnements, les comportements inadéquats, les maladies psychosomatiques, et même les névroses et les psychoses par les notions de « décisions précoces » et de « scénarios de vie ».

Dès l’enfance (de 2 à 8 ans), on ferait nôtres des décisions, des renoncements et des « choix douloureux ». On se créerait ainsi ces « scénarios de vie ». A cet âge, on dispose de ressources et de moyens d’action nécessairement réduits ce qui explique ces choix. Ces scénarios serviraient de mécanismes de défense ou de solutions de moindre mal devant les pressions de l’entourage ou des situations adverses.

Plus tard, après avoir développé d’autres dimensions de sa personnalité et acquis de nouvelles compétences, nous sommes en capacité de réévaluer ces décisions et de faire les modifications nécessaires pour mieux s’épanouir. Cela suppose toutefois de prendre conscience de ses décisions précoces et de ses scénarios de vie. C’est, entre autres, ce que propose l’Analyse Transactionnelle.

Quelles spécificités BERNE a-t-il apporté aux psychiatres et à la psychologie ?

L’Analyse Transactionnelle a été initialement conçue par son fondateur Eric BERNE, comme un outil thérapeutique destiné à aider les personnes en difficultés à changer en profondeur avec des outils qu’il voulait simples et faciles d’utilisation.

Aujourd’hui l’Analyse Transactionnelle est utilisée pour :

  • comprendre comment une personnalité s’est construite et développée
  • mieux se connaître et mieux se comprendre
  • déchiffrer son mode personnel de communication avec les autres
  • comprendre les dysfonctionnements de la communication et réfléchir aux options pour améliorer nos relations
  • mieux vivre en groupe
  • interpréter la structure et l’organisation des groupes et organisations humaines
AT PROVENCE | L'Analyse Transactionnelle
Annie de Oliveira

Annie de Oliveira

P-TSTA O

Formée à l’analyse transactionnelle depuis 1994, Annie de Oliveira est certifiée par l’EATA (Association Européenne d’Analyse Ttransactionnelle) dans le champ Organisation CTA-O. Elle est Enseignante et Superviseur en Analyse Transactionnelle (P-TSTA en Organisation) en contrat avec l’EATA.
[…]

Lire la suite ►

L’école AT Provence vous propose un parcours de formation composé de niveaux différents sur plusieurs années.

Vous pouvez effectuer cette formation à votre rythme et développer progressivement votre montée en compétences.

AT PROVENCE

Ecole d’Analyse Transactionnelle

Aix | Saint-Raphaël | Paris

Alfa Conseil Créativité
33 avenue Alphonse Karr
83700 Saint-Raphaël

06 80 72 54 25

contact@atprovence.fr